Parlez-lui de science, il vous parlera d’art

22 mars 2018

Parlez-lui d’art, il vous parlera de sciences. Retour sur le passage de Paul Molin, il y a deux ans en 2016, dans l’UE Culture traitant de la place de la science dans la musique. Un amalgame de thèmes qui transparait sur tous les plans, chez ce scientifique de formation et cet artiste par passion.

Diplômé d’un doctorat en mathématiques, pourquoi avoir choisi de partir sur des études scientifiques avant d’entamer des études musicales ?
La réponse est très simple, il s’agit de mes parents. Quand j’étais doué en maths, j’étais doué en musique. Quand il a fallu choisir, ils m’ont dit « les maths te nourriront, la musique on ne sait pas ».

Vous avez fait le choix de concilier à la fois les sciences et l’art dans votre vie personnelle et professionnelle. A quel moment ces deux domaines se sont-ils rencontrés dans votre parcours ?
Quand j’ai travaillé Bach. En faisant le cours lors de l’UE, j’ai beaucoup insisté sur l’aspect scientifique de l’écriture chez cet artiste.

Face à l’auditoire de l’UE Culture, composé essentiellement d’étudiants en droit, ce qui est surprenant pour les thèmes de l’art et des sciences, avez-vous eu des difficultés dans la transmission de vos savoirs ?
Non, pas du tout. J’ai essayé de leur faire aborder les choses de la façon la plus ludique possible. Je leur ai beaucoup fait écouter de musique. J’avais demandé qu’il y ait un piano sur scène, que je puisse en jouer. J’ai pu enregistrer leurs voix et faire ensuite l’analyse harmonique, en observant leur spectre de voix. Ils ont beaucoup aimé. Même si j’ai élevé le niveau de temps en temps, je devais rester à leur portée.

Morgane Blanc, le 17 mars 2018

 

Retrouvez l’intégralité de l’interview de Paul Molin :

Biographie

Né en 1954, Paul Molin, professeur émérite à la suite d’un doctorat de mathématiques, choisit par la suite d’approfondir ses talents musicaux pour le piano en empruntant un répertoire classique, enchainant Beethoven, Liszt, Brahms et bien-sûr Bach. Aujourd’hui, il se produit lors de différents concerts au fil de l’année, en parallèle de la transmission de son savoir en mathématiques.